En mémoire de McAllister

temps de lecture : 9 minutes


Année 3151 – Système 12 Trianguli

Ed McAllister mettait à jour les dernières données dans l’ordinateur de bord du Cobra MkIII du commandant Jameson. Seul, dans le hangar où était apponté le vaisseau, il en profita pour placer discrètement le petit émetteur. Ed McAllister ne put s’empêcher de regarder autours de lui si personne n’observait son petit manège. Il retourna ensuite vérifier le diagnostic du système qui devait maintenant être terminé. Le technicien remballa rapidement ses outils et entendit l’ouverture de la soute du vaisseau se mettre en marche. Instinctivement, il se cacha dans un des nombreux placards métalliques de la soute. En tant que technicien de l’équipage au sol du commandant Jameson, sa présence dans le vaisseau était pourtant légitime, mais l’heure à laquelle il œuvra était, par contre, plutôt suspecte. Le technicien entendit des voix. Il en déduit qu’ils étaient au moins trois. La rampe d’accès complètement déployée, ils montèrent à bord tirant un chariot semi-motorisé. Quatre silhouettes passèrent devant Ed McAllister sans le voir. En les observant, il reconnut le symbole de l’INRA sur leur uniforme de travail. Ne faisant pas parti de l’équipage, ils n’avaient pas l’autorisation de monter à bord sans l’accord du commandant. Rien n’était inscrit sur le registre et ce n’était pas à cette heure-ci que le commandant Jameson leur auraient donnée l’accès au vaisseau. Une cinquième voix, restée en retrait, saisit Ed McAllister qui observait toujours les quatre techniciens se mettre au travail. Il reconnu immédiatement cette élocution particulière.

— Vous me dites quand c’est terminé ? Je ne vais pas rester ici à vous regarder…
— Oui commandant Jameson, répondit un des techniciens de l’INRA.
— Et faites attention à ne pas tout saloper avec votre truc là…
— Non non, ne vous inquiétez pas.
— Ouais, c’est ça…

Le commandant Jameson repartit laissant les techniciens à l’œuvre. John Jameson était un pilote reconnu. Un Elite au combat. Sans doute un des meilleurs pilotes de la Fédération. Un soldat aux multiples décorations, autrement dit : une machine à tuer. Le commandant était, depuis peu, sous les ordres de l’INRA. L’Intergalactic Naval Reserve Arm, une organisation paramilitaire et clandestine. Il fut embauché pour une mission de la plus haute importance et classé secret-défense : anéantir les Thargoïds après une guerre qui durait depuis trop longtemps et qui engouffrait des sommes démesurées. Récemment, l’INRA découvrit par accident un virus biologique dévastateur pour les Thargoïds : le virus mycoïd®. Il en avait développé une arme de destruction massive que le commandant Jameson devait tirer sur un des vaisseaux-ruche Thargoïds afin de les exterminer. Un acte défensif pour certains, un génocide pour d’autres. Ed McAllister était de ces derniers et faisait parti de la Ligue Pacifique. Ils avaient une autre approche face à la menace Thargoïd. Ed McAllister s‘était porté volontaire pour infiltrer l’INRA par l’intermédiaire du commandant Jameson. La Ligue Pacifique avait conçu un plan qui en était presque à sa phase terminale. Il restait à neutraliser John Jameson, subtiliser son Cobra MkIII, le JJ-386, et mettre en scène le dernier acte du plan. Le plus difficile restait encore à faire.

Ed McAllister ne sentait plus ses jambes quand les techniciens de l’INRA quittèrent le vaisseau. Il vacilla presque en sortant de son refuge de fortune. Il descendit du vaisseau et l’écoutille du hangar s’ouvrit sur le commandant Jameson, qui semblait l’attendre.

— Alors mon cher Ed, vous m’expliquez ?
— Je… Je vérifiai le diagnostic et les mises à jour systèmes avant votre départ demain matin, répondit-il sur un ton que le technicien sentit trop hésitant. Il était grillé.
— Mmmh… Et vous n’avez croisé personne ? dit Jameson pas dupe.
— Ah non. J’ai v…

Le crochet droit du commandant dans le bide mit Ed McAllister à terre. Il n’avait pas vu venir le coup.

— Pas de conneries avec moi ! hurla le soldat. J’ai vu sortir les techniciens de l’INRA et vous avez suivi cinq minutes après. Qu’est ce que vous foutiez là ? se remit-il à hurler.

Ed McAllister essayait de reprendre son souffle et un coup de pied revint à la charge. Le commandant se baissa, prit dans ses mains une poignée de cheveux pour relever la tête du technicien et lui répéta presque en murmurant : « Qu‘est-ce que tu foutais là ? ». Ed McAllister en profita pour récupérer les dernières forces qui lui restaient, prit une pince à mâchoires plates dans une des larges poches de son bleu de travail et l’envoya dans l’épaule gauche du soldat. Surpris, il relâcha Ed McAllister qui saisit l’occasion pour se relever et fila vers le Cobra. Il activa l’ouverture de la rampe d’accès, mais c’était évidemment trop lent. Jameson arrivait déjà. Ed McAllister esquiva le premier coup et s’en suivit une empoignade virile. Mais la masse du soldat pris rapidement le dessus et envoya valser le technicien se retrouvant sur le dos, sans possibilité de se dégager. De sa position, contrairement à celle de Jameson à moitié sur lui, il voyait la rampe d’accès du vaisseau qui continuait à descendre. Dans cette position, ils allaient tous les deux se faire broyer par la rampe. Il commençait à suffoquer, mais dans un élan de survie, il se dégagea presque, provoquant l’impatience du soldat. Ed McAllister sut repousser à temps le nouvel assaut du commandant. Ce dernier se retrouva, seul, à deux centimètres de la rampe qui continuait à descendre progressivement. Le technicien stoppa les pistons de la rampe d’accès, mais il était trop tard. Le crâne du commandant Jameson se fêla sous la pression provoquant une commotion interne totale du cerveau. Il mourut presque sur le coup. Ed McAllister dégagea le corps et l’embarqua dans le vaisseau. Il nettoya la scène du crime pour que personne ne soupçonne quoi que ce soit. Il s’installa enfin dans le cockpit, prit les commandes du Cobra MkIII JJ-386 et décolla.

Ed McAllisters suivit le protocole de mission pour garder sa couverture le plus longtemps possible. Il communiquait avec la base INRA Taylor Keep comme l’aurait fait le commandant Jameson. Mais il niait les demandes répétées concernant les raisons de ce décollage précipité. Il leur répondit qu’une seule fois, de manière très évasive, qu’il était tant d’en finir.

Système HIP 12099. Ed McAllisters observait le vaisseau-ruche Thargoïd avec fascination. Il était subjugué par sa beauté. Une intelligence tellement plus évoluée que la race humaine. Il prit le temps de relire le message qu’il allait émettre. Un message inculpant l’INRA au nom du commandant Jameson. Il était écrit de manière à rendre le commandant sympathique aux yeux l’opinion publique, qui le verrait sans doute comme un héros. Dans sa lettre fictive, il s’adressait à sa petite fille de manière très affectueuse tel un père attendrissant. Ed McAllister eu un petit rictus et en rajouta même une couche. Certes, cela affranchirait John Jameson des actes les plus atroces qu’il eu réalisé, mais c’était le prix à payer pour charger l’INRA de manière crédible les nombreux crimes et faits de guerre. Qui de mieux qu’un commandant reconnu comme le plus fidèle à l’INRA pour se rebeller, faisant demi-tour face au vaisseau-ruche et dénonçant publiquement l’INRA.

Le scan du Cobra tinta et un petit point apparu sur l’écran radar d’Ed McAllisters. Cela venait de ses six heures. Mais il n’était pas la cible sinon les alarmes se seraient mises à hurler. Le technicien vit passer en visuel le signal non identifié. Cela fila droit vers le vaisseau-ruche.

— Putain, c’est quoi ce bordel !

Puis, les alarmes se mirent soudainement à hurler. Maintenant, il était la cible. Il mit les gaz et activa l’ECM pour tenter d’échapper aux missiles. Ed McAllisters entendit une communication entrante après un petit crépitement : « JJ-386, nous avons ordre de vous abattre si vous ne vous identifiez pas officiellement comme étant le commandant John Jameson. A vous. ».

Le chef de mission, sur la base Taylor Keep, n’avait pas été convaincu par la justification d’Ed McAllisters sur son départ un peu hâtif et avait envoyé un second vaisseau, tout aussi armé, suivre furtivement le JJ-386. Le technicien garda le silence, ne sachant pas répondre à la requête. Le vaisseau furtif ne tarda pas à le relancer : « JJ-386, je répète, nous avons ordre de vous abattre si vous ne vous identifiez pas officiellement comme étant le commandant John Jameson. Vous avez dix secondes… A vous. ». Mais Ed McAllisters était anéanti par ce qu’il était en train de voir. Le missile Mycoïd, tiré par le vaisseau furtif, avait atteint le vaisseau-ruche Thargoïd. Le spectacle était désolant. C’était une arme diabolique. Le génocide avait bien eu lieu, sous ses yeux, comme s’il avait tiré lui-même. Une nouvelle série d’alarmes tintèrent dans le cockpit. Ed McAllisters résista quelques minutes, mais il n’était pas un pilote de combat et une série de violents impacts achevèrent finalement les propulseurs du Cobra. Le générateur peinait à alimenter le vaisseau. Tous les systèmes tombaient les uns après les autres. Le vaisseau était presque devenu incontrôlable, il fonçait droit à sa perte. Ed McAllisters était impuissant. La planète HIP 12099 1 B grossissait à vue d’œil sur son détecteur. Le crash était inévitable.

Ed McAllisters ne savait pas combien de temps il était resté inconscient. Il était gravement blessé, incapable de quitter le fauteuil de pilotage. Il activa l’émetteur qu’il avait installé et que seule la Ligue Pacifique pouvait déchiffrer. C’était son unique porte de sortie, mais il fallait qu’ils ne traînent pas à le secourir. Avant d’activer la balise, le technicien réécrit en partie le message afin de se conformer au massacre réalisé. Il espérait qu’une chose, que la balise ait assez d’énergie pour émettre le temps qu’un vaisseau la trouve… Mais le technicien n’était pas très optimiste. Le cobra étant complètement HS, il ne pouvait plus amplifier correctement le signal de la balise.

Ed McAllisters attendit plusieurs heures et finit par perdre connaissance.

Il fut récupéré, inconscient et blessé, par la Ligue Pacifique plusieurs jours après le crash. Vu l’ampleur du massacre, Ed McAllister culpabilisa sur l’échec de sa mission et quitta définitivement la bulle humaine quelques années plus tard, laissant un fils, Fred McAllister. L’histoire raconte que ce dernier fut le pilote aux commandes de l’Argent’s Quest, le vaisseau qui aurait rejoint le monde natal des Thargoids, avec le vaccin contre le virus Mycoïd® de l’INRA afin d’établir la paix entre les deux espèces en 3253 et ainsi, quelque part, réparer l’échec de son père. Assassiné au retour de l’expédition, Fred McAllister laissa une fille orpheline, Mary « Riri » McAllister, la chef terroriste connue de la Ligue des Représailles qui, à partir de 3300, continua le combat à sa façon en supprimant les descendants des dirigeants de l’INRA, aujourd’hui dissoute.

Après la découverte de la balise du Cobra MkIII JJ-386 du commandant Jameson, en 3304, contenant le message écrit par son grand-père 150 ans plus tôt, Riri McAllister commença à signer ses crimes « En mémoire de Jameson »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *