Balise de détresse

temps de lecture : 8 minutes


Last login: Mon Jan 14 3304 on console
ASP-SO-J14: ~ cd /system
Login: EVENSEN
Password: **********
<authorized access>
cd /system/users/EVENSEN/logbook/001

_3304-01-22. Nous avons percuté le sol à l’approche de la base INRA Hollis Gateway dans le système Hermitage. C’est ma faute même si le commandant m’a dit qu’il en prend l’entière responsabilité. Mais sincèrement, je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Sans doute une erreur d’appréciation. Ce qui m’inquiète, c’est que j’ai eu un moment d’absence. Je n’ai aucun souvenir avant l’impact. Il faudrait que j’en parle à Maria, le médecin de l’équipage, mais ce serait un suicide professionnel en tant que pilote principal, et ça, je ne peux pas l’assumer. Les dégâts semblent importants. Les réacteurs sont HS, mais Andrzej, le technicien, est confiant. Il s’est proposé pour une EVA, d’ici deux ou trois heures, afin d’aller vérifier la carlingue de l’extérieur. En attendant, chacun est cloîtré dans sa cabine le temps que le commandant établisse un plan de secours et organise le protocole de survie au sein du vaisseau.


Last login: Thu Jan 22 3304 on console
ASP-SO-J14: ~ cd /system
Login: EVENSEN
Password: **********
<authorized access>
cd /system/users/EVENSEN/logbook/002

_3304-01-23. Andrzej n’est finalement pas sorti hier. D’après le commandant, la zone n’est pas sécurisée. Mais ça ne veut strictement rien dire. Il n’y a rien aux alentours et la base INRA abandonnée est à quelques kilomètres d’ici. Phil, le navigateur, est d’accord avec moi. On en a discuté ce matin en attendant notre tour pour un checkup médical chez Maria. Le commandant veut qu’on se fasse examiner une fois toutes les 12h. D’après Phil, c’est à cause de la biologiste, Kate May. Elle a eu aussi une perte de mémoire. Ce n’est pas une coïncidence, on a dû encaisser trop de G. La seule explication serait que j’ai complètement foiré mon approche planétaire et que j’aurais dû violemment décélérer … Mais pourquoi ? L’attraction de la planète est très faible. Je n’arrive pas à comprendre ce qu’il s’est passé. Cette nuit, je vais discrètement charger les données de la boite noire sur mon terminal portatif pour tâcher d’analyser l’approche.

Continuer la lecture de « Balise de détresse »

Que reste-t-il de Harry Mayson ?

temps de lecture : 13 minutes


Année 3152, quelques mois après la disparition du commandant Jameson
Système 12 Trianguli, Base INRA – Tylor Keep 

Préoccupé, Harry Mayson débarquait sur Taylor Keep après un voyage de plusieurs semaines. La base n’avait pas donné de réponse aux multiples sollicitations d’appontage du pilote. Sous l’ordre de Mayson, le pilote engagea une approche prudente sur la station au sol. Le transporteur Adder fit d’abord quelques manœuvres à haute altitude puis commença à descendre en réalisant des cercles de plus en plus larges au fur et à mesure qu’il s’approchait du sol afin de toujours garder une distance équivalente avec la base. Tylor Keep était une base militaire secrète de l’INRA (Intergalactic Naval Reserve Arm), soit de 1er niveau de sécurité. Sans autorisation, Mayson savait que l’INRA n’hésiterait pas à faire feu, et ce, dans le seul but de pulvériser le vaisseau sans autre forme de procès. Le pilote le savait également. Pour cela, il gardait instinctivement la main gauche prêt à pousser la manette des gaz pour décamper à la moindre anomalie. Mais si tel était vraiment le cas, tous deux savaient qu’ils seraient réduits en poussière avant même que le pilote ne puisse appliquer la moindre accélération au vaisseau. Toutes les dix secondes, le pilote annonçait leur présence, mais le transpondeur restait inlassablement muet. Ce qui n’arrangea pas l’inquiétude de Mayson, assis dans le fauteuil du co-pilote, les yeux fixés sur le radar.

Harry Mayson représentait la Galactic Insurance Co. Il fût envoyé en tant qu’expert par la Cowell & McGrath, dans le but rédiger un rapport précis sur la disparition du vaisseau du commandant Jameson, le Cobra MkIII JJ-386. Après une longue et fastidieuse enquête préliminaire classée secret-défense, il fut démontré, registre des vols à l’appui, que le dernier saut de Jameson avait été fait vers le système 12 Trianguli. Il restait cependant beaucoup de zones d’ombre ainsi que pas mal d’incohérences sur les événements précédant son arrivée à Tylor Keep, base inconnue jusqu’alors des différents services concernés par le dossier. Mayson avait la lourde tâche de prouver explicitement que Jameson était, pour faire simple, soit pleinement responsable de la série d’événements qui provoquèrent sa disparition, soit une victime. L’objectif final était de retrouver le vaisseau du commandant afin de procéder à une expertise technique et démontrer que l’origine de l’hypothétique accident était technique, humaine ou un malheureux accident. Ainsi, la Galactic Insurance Co. saurait si elle allait devoir sortir le chéquier ou renvoyer la responsabilité au parti concerné. Quoi qu’il en soit, tous savaient qu’une éprouvante bataille juridique s’annonçait sur les quelques décennies à venir. Même si, en ce moment précis, Mayson n’en avait que faire… Lui et son pilote serraient les fesses en approchant de Tylor Keep.

Continuer la lecture de « Que reste-t-il de Harry Mayson ? »